Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Mipi.fr | 22 septembre 2017

Scroll to top

Top

Allemagne se maintient à sa place dans l’export en 2015 - Mipi.fr

Morgan

L’Allemagne a renforcé sa position de leader européen à l’export en 2015, mais commerce extérieur et industrie n’ont pas connu de beaux jours en fin d’année, ce qui suscitait mardi les inquiétudes sur la fragilité du pays aux sursauts de l’économie mondiale.

L’Allemagne a cédé pour 1.196 milliards d’euros à l’étranger l’année passée, d’après des chiffres rendus publics mardi, 6,4% dépassant les chiffres de l’année précédente et une nouvelle performance.

Les chiffres en amélioration

Les importations ont également atteint leur niveau le plus haut (948 milliards d’euros), mais ont évolué moins vite (+4,2%), donnant la possibilité au solde de la balance commerciale de s’améliorer, et de réaliser également une performance évaluée à 248 milliards d’euros. Les voitures, les machines-outils et les produits chimiques font partie des plus importants succès à l’export du «made in Germany», et ont été affectionnés partout, les exports connaissant une hausse que ce soit vers l’Union européenne avec +7% ou vers le reste du monde avec +5,6%.

L’année s’est cependant achevée sur une note moins plaisante, avec une baisse de 1,6% sur un mois que ce soit dans les exportations et dans les importations en décembre, et une constriction de l’excédent commercial, d’après les chiffres rendus publics par l’Office fédéral des statistiques. Johannes Mayr, économiste de BayernLB, indexe pour cela les contrôles renforcés aux frontières de l’Allemagne, avec la crise des réfugiés.

L’Allemagne a affronté les différentes crises

Mais principalement l’économie allemande, qui a interminablement et bravement combattu les effets négatifs ratés du moteur économique chinois, crise de l’euro commence à réagir, tandis que d’autres facteurs de la chute du prix du pétrole et l’amollissement de l’économie américaine, viennent le renforcé.

La production de l’industrie allemande s’est tendue de 1,2% sur un mois en décembre, un autre indicateur rendu public mardi, et mal apprécié. Les analystes espéraient une hausse de la production sur la fin de l’année.

«La production industrielle a fait face en fin d’année à une traversée du désert», a admis dans un communiqué le ministère de l’Économie. Sur tout le quatrième trimestre l’indicateur était en baisse de 0,8%.