Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Mipi.fr | 22 septembre 2017

Scroll to top

Top

Assurance chômage : Les intermittents ont fini par tomber d’accord - Mipi.fr

Magalie

D’après la loi, les artistes et les techniciens ont le droit de bénéficier de l’indemnisation à partir de 507 heures travaillées sur 12 mois.

Plusieurs accords ont été choisis comme l’indique la CGT : les artistes ou encore les techniciens peuvent bénéficier de l’indemnisation à partir de 507 heures travaillées sur 12 mois.

Selon l’accord, il est prévu également le calcul des droits des intermittents, alors qu’il avait été mis en vigueur en 2003.

Il est également prévu, la neutralisation des réductions d’indemnisation à la suite la considération des arrêts maladie portant sur les affections de longue durée ». « Les employeurs étaient obligés d’accorder une hausse de la cotisation patronale de 1% et l’arrêt des abattements portant sur les frais professionnels », explique la CGT Spectacle.

Les partenaires sociaux ont surtout été d’accord avec le Medef d’économiser 70 millions sur les 105 congés. Ceux-ci proviendraient notamment des congés payés et du plafonnement du cumul allocation salaire.

«Plusieurs choses restent encore à régler»

Cet accord a été trouvé plusieurs semaines après des pourparlers entre les partenaires sociaux qui interviennent dans le secteur pour la première fois sur les lois concernant l’assurance chômage.

Lancé depuis les années 1930, ce régime qui est discuté car jugé trop coûteux justifie sa présence par la propriété discontinue de l’activité des techniciens et artistes du spectacle.

« Cet accord est essentiel, mais plusieurs choses restent à régler, car il s’agit d’un accord de secteur car il reste à l’interprofessionnelle, de l’Unedic » de l’accepter » « Toutefois, il peut rencontrer des obstacles à l’Unedic, qui s’occupe de l’assurance chômage, et que l’État s’en charge ensuite », a complété la même source.