Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Mipi.fr | 22 juillet 2017

Scroll to top

Top

Constituer son portefeuille d’actifs avec des sites spécialisés - Mipi.fr

Morgan

Très prisés aux États-Unis, les sites de gestion d’actifs automatisée apparaissent en France. Ceux-ci sont intéressants quand il faut concevoir un portefeuille très rationnel et moins cher.

Depuis plusieurs années, des sites d’un genre nouveau ont apparu aux États-Unis et qui donnent la possibilité aux épargnants de gérer leur portefeuille et de pouvoir se passer des gérants privés. Cela ne coûte pas cher en plus, car il faut payer quelque dollar seulement par mois. Pour le faire, ces plateformes utilisent des algorithmes pour concevoir des portefeuilles entièrement quantitatifs, sans l’aide d’une être humain quand il s’agit de prendre une décision. Grâce à des données reposant sur plusieurs indicateurs économiques, ils traduisent en chiffres, la situation globale et font une déduction des meilleurs actifs à allouer.

Accompagné de chiffres

Ce portefeuille entièrement rationnel a pour finalité de créer de façon statistique de la performance. Réalisée de façon atomique et moins chère, cette gestion a séduit les épargnants américains, comme les acteurs du secteur aux États-Unis s’y sont lancés à l’instar de Betterment, Wealthfront, et Personal Capital, qui ont déjà ramassé plus de 5 milliards de dollars depuis qu’ils existent.

Une tendance qui arrive en France, maintenant. On peut d’ailleurs le voir avec des plateformes telles que Marie Quantier, Advize, FundShop et autres comme Yomoni qui va bientôt entrer dans la danse. Ces plateformes offrent aux épargnants une gestion moins chère. D’autres entreprises pourraient se lancer aussi comme l’Anatec, qui en a fait la demande cet été. « Il s’agit du nouvel épargnant en ligne dernière génération. Grâce à Internet les particuliers peuvent investir sur plusieurs comptes unitaires. Il est maintenant possible de concevoir son portefeuille en fonction du dégoût pour le risque » détaille Nicolas Marchandise, dirigeant du site Advize.

Sur ces sites on peut trouver des outils pour évaluer la situation économique et boursière et obtenir des conseils pour choisir les fonds les plus avantageux.

« Nous souhaitons que nos clients soient capables de comprendre sans être obligés de comprendre et qu’ils puissent y passer moyennement, quinze minutes par an », récapitule Mathieu Hamel, PDG de Marie Quantier.

Amélioration de l’allocation

Ainsi, les plateformes en question créent dans un premier temps, le profil du client reposant sur un questionnaire précis : durée prévue d’investissement, répugnance au risque, objectif final. FundShop propose de travailler avec des contrats qui existent déjà que ce soit des assurances-vie en ligne comme Fortuneo, ING, Boursorama… ou encore avec les assurances vies des banques et entreprises évoluant dans l’assurance et interprète synthétiquement les vraisemblances de bénéfices et les pertes du portefeuille précédent du client. Ensuite, il lui est proposé d’optimiser les actifs.